Marcin KURDYKA

Doctorant en histoire du Moyen Âge

Cotutelle avec l'Université de Varsovie

Marcin.Kurdyka@univ-smb.fr

Titre de la thèse : L’émergence d’une Europe slave médiévale. L’utilisation des thématiques slaves dans l’historiographie de la Rus’, de la Bohème et de la Pologne (XIIe-XIVe siècle)
Rise of a Slavic Medieval Europe. The Use of Slavic Topics in Ruthenian, Bohemian and Polish Historiography (XIIth-XIVth century)

Mots-clés : Slave, Historiographie, Pologne, Russie, Bohème, Moyen-Age
Slavic, Historiography, Poland, Rus, Medieval, Bohemia

Directeur de thèse : Laurent RIPART - PR - Quotité de temps : 50 %

Résumé du projet de thèse: Existe-t-il historiquement une Europe slave ou ne constitue-t-elle qu’une pure construction des panslavistes du XIXe et du XXe siècle ? Telle est la question à laquelle veut répondre ce projet de thèse, qui se propose d’interroger les références slaves présentes dans les premières chroniques écrites, à partir du XIIe siècle, en Pologne, Bohême et Rus’. Dans une perspective comparative, cette thèse se propose d’étudier dans ces trois Etats la manière dont les chroniqueurs médiévaux se situaient ou non dans l’héritage d’une ancienne communauté slave. Elle s’attachera à déterminer de quelle façon les chroniqueurs articulaient leurs références slaves avec les autres identités que leur fournissaient leurs confessions religieuses, leurs langues ou encore les communautés politiques au sein desquelles ils vivaient. Afin d’analyser ces références identitaires comme un passé vivant, en permanence reconstruit, l’enquête sera prolongée jusqu’à la fin du XIVe siècle, pour étudier de quelle manière les grands événements politiques, qui affectaient les identités multiples des chroniqueurs, pouvaient faire ressurgir la civilisation slave ou au contraire la reléguer à l’arrière-plan. Enfin, la thèse s’attachera à étudier la manière dont les historiens contemporains ont pu utiliser ces textes médiévaux, en particulier au XIXe siècle dans le contexte de la montée des nationalismes et du panslavisme, avant de voir de quelle manière les fantômes de ce passé slave, historiquement construit, peuvent continuer aujourd’hui à hanter les populations d’Europe centrale.

Résumé du projet de thèse en anglais: Did a Slavic Europe historically exist or is it only a pure construction of the panslavists of the XIXth and XXth century? This is the theme that this thesis project will investigate. It intends to question the Slavic references present in the first written chronicles, from the 12th century, in Poland, Bohemia and Rus’. Based on a comparative analysis, this thesis aims to study in these three states how medieval chroniclers could, or could not, situate themselves in the inheritance of an ancient Slavic community. It will also endeavor to determine how the chroniclers articulated their Slavic references with their other identities, which were provided to them by their religious confessions, their languages or even the political communities in which they lived. In order to analyze these identity references as a living past, constantly reconstructed, the investigation will be extended until the end of the 14th century, to study how the great political events, which affected the multiple identities of the chroniclers, could bring out the Slavic civilization or on the contrary relegate it to the background. Finally, the thesis will focus on studying the way in which contemporary historians used these medieval texts, more particularly during the 19th century in the context of the rise of nationalism and Panslavism, and it will also examine how the ghosts of this Slavic past, historically constructed, can today continue to haunt the populations of Central Europe.