L’unité de recherche Langages, Littératures, Sociétés (LLS – EA 3706) est née en 2003 de la fusion de quatre structures de recherche préexistantes ; elle est devenue depuis 2013 le laboratoire Langages, Littératures, Sociétés, Etudes Tranfrontalières et Internationales. Depuis 2013, le laboratoire a été réorganisé afin de mieux s’insérer dans son environnement de recherche, de répondre au développement des coopérations avec les universités partenaires italiennes et suisses et d’intégrer de nouveaux collègues appartenant à des champs disciplinaires différents.

Ensemble interdisciplinaire, le LLSETI regroupe plus de 60 chercheurs en littérature (française, comparée et étrangère), sciences du langage, langues et civilisations étrangères, histoire, sociologie, philosophie et Information – communication, couvrant 14 sections du CNU. 
La structuration du LLSETI s’articule autour du thème fédérateur des études transfrontalières et internationales. «Etudes transfrontalières» doit s’entendre dans une acception large qui n’est pas restreinte au seul champ des interactions proprement dit. Il s’agit d’inscrire les recherches dans un cadre qui, en partant du transfrontalier, s’élargit aux relations bilatérales voire multilatérales et transnationales et ce au-delà du triangle franco-italo-suisse. 


Le laboratoire est organisé à la fois de manière verticale et horizontale. Deux axes principaux de recherche le structurent:

Ces axes intègrent à la fois l’offre des séminaires et les programmes de recherche (ANR, ARC, CNRS, etc.). Ils correspondent à une structuration répondant essentiellement à des logiques disciplinaires ou pluridisciplinaires traditionnelles. Dans chaque axe, des équipes constituent des pôles et organisent des séminaires et des colloques qui entretiennent la permanence des recherches disciplinaires. Ils n’empêchent ni la circulation des chercheurs entre eux ni la multi-appartenance, les chercheurs ne travaillant pas exclusivement au sein d’un seul axe et d’une seule équipe. 
Deux groupes transversaux et interdisciplinaires complètent cette structuration par axe:

Les équipes transversales permettent aux chercheurs des deux axes de travailler sur des problématiques particulières en mêlant leurs approches et méthodologies: ce type d’études croisant les perspectives va au-delà des principes d’interdisciplinarité déjà fondamentaux pour chaque axe, dans la mesure où il génère des réflexions à la croisée de nombreux champs disciplinaires différents, y compris hors LLSETI: le groupe «De la crise à sa sortie» collabore avec les juristes et les spécialistes du sport et «Corpus. Epistémologie des corpus en SHS» avec les spécialistes des humanités numériques de la MSH-Alpes et du nouvel ATT de la COMUE. 
Ces deux équipes organisent des séminaires réguliers en suivant le même principe: chaque champ disciplinaire en présence traite de la notion selon ses critères (cadres théoriques, modèles, méthodologie, méthodes et outils) à partir de l’étude d’un exemple. S’engage ensuite un dialogue entre les participants du séminaire qui peuvent alors confronter leurs approches. Ces séminaires sont ouverts aux chercheurs du LLSETI ainsi qu’aux étudiants (Master et doctorat, voire Licence selon les thèmes traités).