Liria BAKITA MOUSSAVOU

Doctorant en littérature Générale et comparée

liriabakitam@gmail.com et liria.bakita-moussavou@univ-smb.fr

Thèse soutenue le 4 septembre 2020

Titre de la thèse

Les représentations de l’homosexualité dans les littératures francophones contemporaines : entre silence, insultes, transvaluation et sexualité. Analyse de  : Le Flamant noir (Berthrand Nguyen Matoko), 39 rue de Berne (Max Lobe), Chuchote pas trop et Portrait d’une jeune artiste de Bona Mbella (Frieda Ekotto) et La Fête des masques et Al Capone le Malien (Sami Tchak)

Résumé

En choisissant de travailler sur les représentations de l’homosexualité dans les pays francophones d’Afrique subsaharienne, nous poursuivions trois objectifs à portée de main. S’insurgeant contre le silence de plusieurs universitaires dudit continent à aborder la thématique de l’homosexualité dans leurs travaux scientifiques, faire de celle-ci notre réflexion s’est donc imposé à nous de façon impérative. En effet, notre premier objectif (épistémologique) était de s’intéresser à cette thématique qui demeure encore un champ quasi inexploré et inexploité en littérature en milieux francophones d’Afrique afin de réfléchir sur les problématiques que soulève cette sexualité si prégnante aujourd’hui. En d’autres termes, le désintéressement ou le manque d’intérêt de certains universitaires//chercheurs a produit en nous un effet sans doute doublé et dont l’aboutissement de ce travail peut prétendre être l’écho. Signalons que si les œuvres de fictions abondent il n’en est pas ainsi des travaux scientifiques sur le sujet.

L’autre but visé, cette fois-ci pragmatique, consistait à infirmer l’idée selon laquelle l’homosexualité serait une sexualité exogène à l’Afrique. Une conception qui rend plus mal à l’aise les personnes homosexuelles qui se sentent mises à part à cause de leur sexualité. Comme nous l’avons amplement montré à la lumière des travaux de Charles Gueboguo, l’homosexualité est transculturelle et donc elle a toujours existé au sein de plusieurs peuples africains. En revanche, son questionnement actuel n’est pas celui que connurent les sociétés passées. Les mœurs changent avec le temps, les hommes y compris. C’est donc une conviction pour nous de (re)donner l’estime de soi, la confiance et la considération à ces personnes marginalisées sexuellement et/ou identitairement. Ce faisant, nous avons mis l’accent sur l’acceptation, l’affirmation et la représentation de soi, de son homosexualité.

Le dernier objectif est beaucoup plus personnel et il voudrait satisfaire une curiosité intellectuelle. Pourquoi cette sexualité suscite-t-elle autant de débats de nos jours, divise-t-elle des familles ou des foyers dans certains pays, pourtant si insignifiante dans l’Antiquité grecque ? L’homosexualité est-elle seulement un acte sexuel entre deux ou plusieurs personnes de même sexe ou va-t-elle au-delà de la génitalité ? Des interrogations que nos nombreuses lectures et surtout nos analyses ont permis de comprendre autrement qu’avec un regard judicateur ou une attitude intolérante envers les personnes homosexuelles.
 

Mots-clés : homosexualité, insultes, silence, transvaluation, sexualité, orientation sexuelle, identité sexuelle, théorie queer, et intersectionnalité.
 

Directeurs-trices de thèse

Dominique LAGORGETTE (Pr),
Claude CAVALLERO (MCF HDR)

 

Thématiques de recherche

la francophonie, les littératures maghrébine, francophone d’Afrique noire, antillaise, latino-américaine et française ; les études de genre (« gender studies », « cultural studies », « subaltern studies », « queer studies », etc.) ; les études postcoloniales, etc.


Publications

  • Lire les représentations de l’homosexualité dans quatre romans francophones contemporains d’Afrique noire : Le Flamant noir, La Fête des masques, Chuchote pas trop et 39 rue de Berne, par Liria BAKITA MOUSSAVOU (article scientifique en cours de publication).
  • L'homosexualité dans les littératures maghrébine et latino-américaine : du déni à l'acceptation d'une orientation sexuelle. La Vie heureuse (Nina Bouraoui) et Carlitos qui êtes aux cieux (Fernando Vallejo), EUE, essai publié le 19 mai 2016, (Liria BAKITA MOUSSAVOU).
  • Moi, Batsinguli, roman publié chez Edilivre le 13 décembre 2016 (Liria BAKITA MOUSSAVOU).

 

Communications

  • Lire les représentations de l’homosexualité dans quatre romans francophones contemporains d’Afrique noire : Le Flamant noir, La Fête des masques, Chuchote pas trop et 39 rue de Berne, par Liria BAKITA MOUSSAVOU, LLSETI, la journée d’études doctorales organisée par Vincent REVIL et Minerva ROJAS, 05/10/2018.
  • Homosexualité et migrance dans Le Flamant noir de Berthrand Nguyen Matoko et 39 rue de Berne de Max Lobe, par Liria BAKITA MOUSSAVOU, LLSETI, Séminaire sur la francophonie dirigé par Claude CAVALLERO, 08/11/2018.

 

Enseignement

  • Techniques d’expression orale, Université Savoie Mont Blanc, IUT GACO Licence 1, 27 heures (TP), 2019-2020.
  • Genre et Identité, Université Savoie Mont Blanc, Infocom et Lettres Modernes Licence 1 (tronc-commun), 2H CM, 2019-2020.
  • Francophonie, Université Savoie Mont Blanc, Lettres Modernes, Licence 3, 2H CM, 2018-2019.
  • Genre et Identité, Université Savoie Mont Blanc, Infocom et Lettres Modernes Licence 1 (tronc-commun), 2H CM, 2018-2019.
  • Francophonie, Université Savoie Mont Blanc, Lettres Modernes, Licence 3, 4H CM, 2017-2018.
  • Genre et Identité, Université Savoie Mont Blanc, Infocom et Lettres Modernes Licence 1 (tronc-commun), 2H CM, 2017-2018.
  • Introduction aux littératures francophones d’Afrique noire, Université Savoie Mont Blanc, Lettres Modernes, Licence 3, 4H CM, 2016-2017.
  • Genre et Identité, Université Savoie Mont Blanc, Infocom et Lettres Modernes Licence 1 (tronc-commun), 4H CM, 2016-2017.



Date de soutenance de thèse : le 04/09/2020.