Melchior RAVIER

Doctorant en création numérique

Melchior.Ravier@etu.univ-smb.fr

 

Titre de la thèse : ART URBAIN % VILLE FRACTALE
URBAN ART % FRACTAL CITY

Mots-clés de la thèse : Arts urbains, Skateboard, Réalité mixte, Espaces-flux, Cartographie sensible, Recherche-création
Urban Art, Skateboard, Mixed Reality, Flow-Sapaces, Sensitive mapping, Research-creation

Directeur de thèse : Marc VEYRAT
Codirectrice : Carole BRANDON
 

CNU de thèse : 18 - Architecture, arts appliqués, arts plastiques, arts du spectacle, épistémologie des enseignements artistiques, esthétique, musicologie, musique, sciences de l'art

Résumé du projet de thèse : Le monde tangible est de plus en plus soumis aux réalités mixtes, un mélange d'appréhension physique, numérique, virtuelle des espaces de vie. Le corps est sollicité au quotidien dans des expériences machiniques (de contrôle et de surveillance invisibles) dites smart, et dans le même temps, placé sans cesse, dans une position périphérique et désubjectivante.
Ces hybridations actuelles d'espaces nous intéressent dans leur rencontre. Nous les nommons espace-flux flottant, car ils n'existent que dans le temps de l'expérience, par le tissage et le mélange des différentes présences activées, visibles et mises en relation entre des espaces tangibles urbains et des espaces digitaux.
A partir de notre pratique artistique urbaine de skateboard associée aux technologies embarquées, nous souhaitons analyser comment ces espaces-flux permettent d'expérimenter et de rendre visible cette nouvelle fractalité des espaces urbains.
Nous étudions ces espaces particuliers qui se situent entre la pratique physique des territoires urbains, leurs enregistrements en temps réel et leurs présences sur différents réseaux sociaux et dispositifs virtuels.
En méthodologie de recherche-création, nous tenterons par la création de dispositifs artistiques technologiques dans différentes villes, de matérialiser ces espaces-flux. Espaces flottants transgressifs de la ville, nous déploierons leur mise en visibilité par une multitude d’intensités de perceptions des lieux, traduites virtuellement. Ces espaces non territorialisés et non circonscrits nous intéressent pour rendre compte d'une nouvelle forme de cartographie sensible évolutive, qui permet de comprendre, de vivre et d'agir autrement dans les espaces urbains désormais dispositifs de contrôle et de surveillance.

The tangible world is more and more subject to mixed realities, a mixture of physical, digital and virtual apprehension of living spaces. The body is called upon on a daily basis in so-called smart machinic experiences (invisible control and surveillance), and at the same time, constantly placed, in a peripheral and desubjectivating position.
These current hybridizations of spaces interest us in their encounter. We call them floating space-flow, because they only exist in the time of experience, through the weaving and mixing of the different activated, visible and related presences between tangible urban spaces and digital spaces.
From our urban artistic practice of skateboarding associated with on-board technologies, we wish to analyze how these spaces-flows make it possible to experiment and make visible this new fractality of urban spaces.
We study these particular spaces which lie between the physical practice of urban territories, their real-time recordings and their presence on different social networks and virtual devices.
In research-creation methodology, we will try by the creation of technological artistic devices in different cities, to materialize these spaces-flows. Transgressive floating spaces of the city, we will deploy their visibility through a multitude of intensities of perceptions of places, translated virtually. These non-territorialized and non-circumscribed spaces interest us to account for a new form of evolving sensitive cartography, which makes it possible to understand, live and act differently in urban spaces, which are now control and surveillance systems.