Maryline MAIGRON

Maître de conférences en études italiennes au département des Langues, littératures et civilisations étrangères de l’université Savoie Mont Blanc.
Équipe de recherche au LLSETI : Axe 1-Équipe 3 Conflits et échanges culturels en Europe, Méditerranée, Italie.  

Membre du conseil du Laboratoire LLSETI depuis 2012.
Responsable du Master en Langues, littératures, civilisations étrangères et régionales, parcours Études transfrontalières de l’USMB.
Responsable des doubles diplômes de Master binational LLCER ET italien et bilangue italien-anglais / Laurea magistrale in « Lingue e Letterature Moderne » et « Laurea magistrale in Culture Moderne Comparate » de l’université de Turin.

maryline.maigron@univ-smb.fr

Champs de recherche

littérature italienne des XXe et XXIe siècles ; liens entre la littérature et les arts: cinéma, peinture, théâtre ; traduction.

Thèmes de recherche

- le voyage et son récit : mon apport principal dans ce domaine est un volume individuel Alberto Moravia, écrivain voyageur (Université de Savoie, 2005) qui présente la première et unique étude complète – en France et en Italie – sur l’œuvre de voyage d’Alberto Moravia ; je m’intéresse également aux voyages des cinéastes et aux œuvres nées de la découverte d’un pays comme par exemple l’Inde pour Roberto Rossellini ;


- le thème du repentir et du rapport entre l’aveu et la confession et plus largement des rapports entre le théâtre et la justice : mon apport dans ce domaine est la traduction et l’édition bilingue d’une pièce de théâtre inédite de Dacia Maraini, Mi chiamo Antonino Calderone – dont le personnage est l’un des premiers repentis de la mafia – ainsi que la rédaction d’une introduction critique dans laquelle j’analyse le rôle du théâtre dans la confession publique du repentir (Dacia Maraini, Mi chiamo Antonino Calderone, Je m’appelle Antonino Calderone, Traduction, introduction, notes et édition bilingue Maryline Maigron, Université Savoie Mont Blanc, 2015, 87 pages.). A l’occasion de la parution de la pièce, j’ai invité Dacia Maraini le 13 avril 2016 et Christian Biet (Professeur en Études théâtrales, Institut Universitaire de France, Université Paris Ouest-Nanterre) le 3 février 2017 pour un séminaire sur les "Représentation(s) des procès, droit et littérature" à destination des étudiants du Master LLCER ET ;

- le thème de la surface en littérature et dans les arts m’a permis d’explorer de nouvelles formes de relations-recréations entre des champs artistiques très divers. Il a donné naissance à deux volumes collectifs que j’ai co-dirigés avec Marie-Odile Salati, professeur de littérature américaine, sur la question de l’altération de la surface et avec Anne-Lise Perotto, maître de conférences en littérature britannique, sur la surface instable ;

- la réécriture de la scène des retrouvailles entre Ulysse et Pénélope dans l’Odyssée d’Homère, s’est présentée comme un objet d’étude stimulant pour observer les transformations advenues au fil des siècles et dans des genres très éloignés les uns des autres. La confrontation de ces différentes réécritures a pris la forme d’un volume collectif que j’ai co-dirigé avec Silvia D’Amico, maître de conférence en littérature comparée et italienne, et pour lequel j’ai également écrit un article sur le cinéaste Roberto Rossellini ;
 

- le passage des frontières génériques (réécriture, adaptation) entre arts narratifs (roman, nouvelle, journal intime, lettres, poésie) et arts du spectacle (théâtre, opéra) ou arts visuels (cinéma, peinture) : je m’intéresse à des formes originales d’emprunts de la littérature à la peinture – j’ai étudié en particulier la présence d’un tableau de Francisco Goya, « Un chien », dans le roman d’Antonio Tabucchi Tristano muore – ou à des formes nouvelles d’illustrations d’œuvres littéraires ou poétiques – j’ai analysé le recours au pastel de la part du peintre italien Piero Guccione – ou encore, pour le passage du roman au cinéma, à l’approche thématique, – j’ai utilisé, par exemple, le meurtre politique, qui offre une perspective nouvelle pour appréhender le rapport entre Histoire, biographie et fiction, pour étudier l’adaptation du roman d’Alberto Moravia Il conformista par le cinéaste Bernardo Bertolucci ;


- le rôle des revues à la croisée des arts et des artistes : j’ai lancé en 2014, en collaboration avec le Fondo Alberto Moravia de Rome, une étude exhaustive sur la revue « Nuovi Argomenti » fondée par Alberto Moravia et Alberto Carocci en 1953. Dans ce but, j’ai organisé en décembre 2014 à l’Université de Savoie Mont Blanc en collaboration avec Nour Melehi du Fondo Moravia une journée d’étude intitulée : « Alberto Moravia et « Nuovi Argomenti » : une revue à la croisée des arts et des artistes » ;


- les rapports culturels entre la France et l’Italie : ces rapports ont été et sont au centre de ma formation et de mes fonctions tant en Italie, comme attachée linguistique, qu’en France comme responsable des doubles diplômes de Licence et de Master avec l’université de Turin. Mon apport dans le domaine de la recherche concerne la poursuite des études entreprises par mon directeur de thèse, Gilbert Bosetti, sur la figure de Leo Ferreo, jeune intellectuel et passeur culturel entre l’Italie et la France où, fuyant l’Italie fasciste, il se réfugie, à Paris, en 1928. J’ai rédigé un article sur l’éducation cosmopolite de Leo Ferrero : « De l’éducation d’une mère à celle d’une capitale cosmopolite : Leo Ferrero et Paris » (in Cosmopolitisme et réaction : le triangle France-Allemagne-Italie dans l'entre-deux-guerres, sous la direction d'Ute Lemke, Massimo Lucarelli et Emmanuel Mattiato, Chambéry, Éditions de l’Université de Savoie, 2014, pp. 339-361) et entend poursuivre mes recherches en collaboration avec ma collègue Cristina Trinchero de l’université de Turin.
 

- le récit de soi dans les œuvres des écrivaines italiennes du XXe et XXIe siècles. J’ai analysé le récit de l’éducation religieuse reçue, pendant leur enfance, par Fabrizia Ramondino et Rosetta Loy (« Les petites filles de la bourgeoisie italienne des années 1930 et la religion chez Rosetta Loy et Fabrizia Ramondino », in La place de la religion et le sens du religieux dans la littérature italienne contemporaine, études réunies par Lisa El Ghaoui et Filippo Fonio, Cahiers d’études italiennes « Novecento e dintorni », Grenoble, Ellug, 2009, pp. 25-35) et je travaille actuellement sur le thème de la déclaration sur soi dans l’œuvre de Dacia Maraini.

Organisation de colloques

1. Octobre 2008 : Colloque international : « La surface accidents et altérations » à l’université de Savoie en collaboration avec Marie-Odile Salati.

2. Octobre 2011 : Colloque international : « La Surface instable » à l’Université de Savoie en collaboration avec Anne-Lise Perotto

Organisation de journées d’étude

1. Novembre 2007 : « Alberto Moravia et les artistes » à l’Université de Savoie.

2. Mars 2012 : « Les retrouvailles des époux dans la littérature et les arts » à l’Université de Savoie en collaboration avec Silvia D’Amico.

3. Décembre 2014 : « A. Moravia et « Nuovi Argomenti » : une revue à la croisée des arts et des artistes » à l’Université de Savoie en collaboration avec Nour Melehi du Fondo Alberto Moravia de Rome :
- Autour de la “prima serie” de « Nuovi Argomenti » (1953-1964) : Alessandra Grandelis : « Una rivista di letteratura e cultura: « Nuovi Argomenti » fra arte e politica » ; Maryline Maigron : « Deux exemples de la “nouvelle sensibilité” de la revue : La mascherata d’Alberto Moravia et « La vendetta » de Dacia Maraini ;
- Autour de la “terza serie” de « Nuovi Argomenti » (1982-1994) : Lorenzo Pavolini : «Nuovi racconti italiani » ; Maryline Maigron : « Une couverture emblématique de « Nuovi Argomenti » : l’hommage du peintre Piero Guccione à Alberto Moravia »

Organisation de séminaires 

24 mai 2002 : Séminaire littérature et cinéma, Centre d’Études franco-italiennes (Cefi) Université de Savoie et de Turin

22 mai 2002 : Séminaire littérature et cinéma : « Du roman au film : rencontre avec le cinéaste Pier Giorgio Gay pour son film La forza del passato adapté du roman de sandro Veronesi, Centre d’Études franco-italiennes (Cefi) Université de Savoie et de Turin

24 avril 2012 : invitation de l’écrivaine italienne Dacia Maraini à la rencontre des étudiants de l’Université de Savoie

Décembre 2013 - avril 2014 : Séminaire « Traduire pour le théâtre » en collaboration avec Gabriella Bosco, Université de Turin (Dipartimento di Lingue e Letterature Straniere e Culture Moderne) : vendredi 13 décembre 2013 : Gabriella Bosco (Université de Turin) : Philippe Forest 43 secondes ; vendredi 14 mars 2014 : Maryline Maigron (Université de Savoie) : Dacia Maraini Mi chiamo Antonino Calderone ; vendredi 28 mars 2014 : Alberto Gozzi (Université de Turin) : Pirandello dalla pagina alla scena : Il pipistrello ;  Vendredi 11 avril 2014 : Lucie Comparini (Université Paris Sorbonne) : traduire et mettre en scène le théâtre italien à l’Université

Février 2015 : Séminaire « La guerre à la frontière des genres et des époques » en collaboration avec Antonella Amatuzzi, Université de Turin (Dipartimento di Studi Umanistici) Antonella Amatuzzi (Università di Torino), Les Mazarinades: une 'guerre de plumes' au service de la langue française Massimo Lucarelli (Université de Savoie), La frontiera bellica nel primo Ungaretti Cristina Trinchero (Università di Torino), La guerre dans le théâtre français des années '20

20 novembre 2015 : université Savoie Mont Blanc : invitation de Beppe Navello, metteur en scène et directeur du Teatro Piemonte Europa de Torino, qui présente sa traduction en italien et sa mise en scène de la pièce de P. de Marivaux Le Triomphe de Plutus / Il trionfo del Dio denaro

12 février 2016 : Traduire et mettre en scène : Alberto Gozzi (Université de Turin) auteur et metteur en scène de la pièce Puck e l’allodola (pièce représentée le 29 mars 2016 à la Cité des Arts de Chambéry : organisation en collaboration avec Marc Vuillermoz - Université Savoie Mont Blanc)

13 Avril 2016 : université Savoie Mont Blanc : invitation de l’écrivaine italienne Dacia Maraini à l’occasion de la sortie de sa pièce Mi chiamo Antonino Calderone (Dacia Maraini, Mi chiamo Antonino Calderone, Introduction, traduction et notes de Maryline Maigron, Laboratoire LLSETI, Université Savoie Mont Blanc, 2015)

3 février 2017 : Christian Biet, professeur en Études théâtrales, Institut Universitaire de France, Université Paris Ouest-Nanterre, Représentation (s) des procès, droit et littérature.
Ce séminaire fait suite à la parution en édition bilingue de la pièce inédite de Dacia Maraini, Mi chiamo Antonino Calderone, traduction, introduction, notes et édition Maryline Maigron, Laboratoire LLSETI, Université Savoie Mont Blanc, 2015

6 avril 2018 : invitation de l’écrivain italien Dario Voltolini pour un échange avec les étudiant-e-s des doubles diplômes de Licence et de Master binationaux (université Savoie Mont Blanc/ université de Turin) autour de son dernier livre Pacific Palisades (Einaudi, 2017)

Invitations dans des universités étrangères

-  25 juin 2013 : Invitation à Rome par le Fondo Alberto Moravia  (Libreria Fandango Incontro) à l’occasion de la présentation des nouvelles éditions Bompiani de deux livres de voyage d’Alberto Moravia : Un mese in URSS et La rivoluzione culturale in Cina : table ronde avec Dacia Maraini et Lorenzo Pavolini.

- 12 décembre 2015 : Università di Torino : présentation de ma traduction de la pièce inédite de Dacia Maraini, Mi chiamo Antonino Calderone, Je m’appelle Antonino Calderone, conférence donnée dans le cadre du Dottorato in Digital humanities, tecnologie digitali, arti, lingue, culture e comunicazione, organisation Gabriella Bosco, Dipartimento di Lingue e Letterature Straniere e Culture Moderne

- 25 mai 2016 : Università di Torino : présentation de ma traduction de la pièce inédite de Dacia Maraini, Mi chiamo Antonino Calderone, Je m’appelle Antonino Calderone, conférence donnée dans le cadre du Dottorato in Culture Classiche e Moderne, organisation Paola Cifarelli, Dipartimento di Studi Umanistici

- Juin 2016 : Casa Museo Alberto Moravia, Roma : incontro-conversazione / rencontre conversation “Il desiderio dell’altrove. Moravia viaggiatore” con la scrittrice / avec l’écrivaine Dacia Maraini e la studiosa Maryline Maigron, rencontre organisée par le Fondo Alberto Moravia : http://www.fondoalbertomoravia.it/news/59/il-desiderio-dellaltrove-moravia-viaggiatore

- 8 mars 2017 : Università di Torino : Maryline Maigron : « Le traducteur littéraire face au sujet de la narration », conférence donnée dans le cadre du Dottorato in Digital humanities, tecnologie digitali, arti, lingue, culture e comunicazione, organisation Gabriella Bosco, Dipartimento di Lingue e Letterature Straniere e Culture Moderne

Encadrement scientifique

Direction de mémoires de la Licence binationale LLCER italien et bilangue italien-anglais / Laurea triennale in « Lingue e Letterature Moderne » et Laurea triennale in « Culture e Letterature del mondo moderno » de l’université de Turin.

Direction de mémoires du Master binational LLCER italien et bilangue italien-anglais / Laurea magistrale in « Lingue e Letterature Moderne » et « Laurea magistrale in Culture Moderne Comparate » de l’université de Turin.

Liste classée des publications :

  • Ouvrages individuels :

1. Maryline Maigron, Alberto Moravia, écrivain voyageur, Écriture et représentation n°2, Laboratoire LLS, Université de Savoie, 2005, 268 pages.
 

Cet ouvrage individuel est la première et unique étude complète – en France et en Italie – sur l’œuvre de voyage d’Alberto Moravia. Cité, à propos des voyages de Moravia, comme livre de référence dans les dernières éditions Bompiani (par exemple celles de la correspondance de Moravia : Se è questa la giovinezza vorrei che passasse presto (1926-1940) et Quando verrai sarò quasi felice (1947-1983), le volume prend en considération un vaste corpus constitué par l’ensemble des récits, articles (plus de 1800 pages dans le volume Bompiani) et livres de voyages (au nombre de six) de l’écrivain depuis les années trente jusqu’au début des années 90. Il s’agit d’une étude spécialisée sur la thématique du voyage comme dépaysement, sur le rapport entre voyage et écriture et sur les rapports entre œuvre de voyage, œuvre de fiction et écrits politiques de Moravia. Ce livre est aussi un portrait de l’écrivain et l’occasion d’une traversée de la vie culturelle et politique de l’Italie du XXe siècle.
 

2. Dacia Maraini, Mi chiamo Antonino Calderone, Je m’appelle Antonino Calderone, Traduction, introduction, notes et édition bilingue Maryline Maigron, Université Savoie Mont Blanc, 2015, 87 pages.
 

C’est dans l’intention de faire connaître en France cette pièce inédite intitulée Mi chiamo Antonino Calderone qui m’a été confiée par Dacia Maraini que je l’ai traduite et publiée dans une édition universitaire (mon édition bilingue est la première édition du texte italien et français en absolu) pour la porter à la connaissance du public français, et notamment des étudiants qui réfléchissent à la culture italienne. Le personnage de la pièce, Antonino Calderone, est en effet l’un des premiers repentis de la mafia. Je souhaite également la faire connaître à des metteurs en scène désireux de la représenter en langue française et intéressés par le sujet du repentir des mafieux car les œuvres théâtrales sur la mafia me paraissent insuffisantes.

  • Co-direction d’ouvrages collectifs :

- La Surface : accidents et altérations, Maryline Maigron et Marie-Odile Salati dir., Écriture et Représentation n°12, Laboratoire LLS, Université de Savoie, 2010, 303 pages.
 

Ce volume collectif explore le thème de la surface en littérature et dans les arts visuels et il est consacré à l’altération de la surface dans des champs artistiques très divers : littérature, poésie, peinture, gravure, photographie, cinéma, danse. Qu’il s’agisse de surfaces qui interpellent les auteurs en raison même de leur altération - (les paysages, les ruines chez Piranesi, les visages chez Jean Giono ou Henry James, les corps chez Lia Rodriguez) - ou de surfaces intactes que les artistes décident d’altérer (l’image cinématographique chez Leos Carax, ou photographique pour Victor Sloan, la page pour Francis Ponge), la surface reste un lieu privilégié de l’expression artistique et de l’audace créatrice. J’ai également élaboré l’avant-propos de ce volume.

- La Surface instable, Maryline Maigron et Anne-Lise Perotto dir., Écriture et représentation n°20, Laboratoire LLS, Université de Savoie, 2012, 219 pages.


- Les Retrouvailles des époux dans la littérature et les arts, Silvia D’Amico et Maryline Maigron dir., Écriture et représentation n°27, Laboratoire LLSETI, Université Savoie Mont Blanc, 2014, 262 pages.
 

Ce volume collectif explore, par le biais d’une approche transversale, le mythe de la reconnaissance entre l’homme et la femme à travers l’étude de différentes réécritures de la scène des retrouvailles des époux depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. L’analyse de la scène ainsi réinterprétée permet de porter un éclairage nouveau sur les œuvres analysées (Euripide, Platon, Boccaccio, Shakespeare, Goldoni, Pirandello, Corra, Savinio, Márai, Rossellini) et la mise en relation des scènes renouvelées depuis la scène archétypale des retrouvailles entre Ulysse et Pénélope dans l’Odyssée d’Homère, permet d’observer l’évolution du mythe et des motifs fondateurs qui le composent ainsi que sa transformation à travers le passage d’un genre littéraire à un autre (théâtre, nouvelle, roman, cinéma). J’ai également rédigé pour ce volume un article sur le film Voyage en Italie de Roberto Rossellini en interprétant la reconnaissance finale que sont les retrouvailles comme le point d’aboutissement du voyage initiatique des époux.

  • Articles dans revues nationales à comité de lecture

- « Personne et personnages chez Francesca Archibugi», in Franco-Italica, Série contemporaine n°14, Numéro spécial : l'Italie au miroir du nouveau cinéma italien (1975-1999), Alessandria, Edizioni dell’Orso, 1998, pp. 139-150.
- « Alberto Moravia : un récit perdu des années 30 », in Novecento Cahiers du CERCIC n°22, Grenoble, Ellug, 1999, pp. 69-80.
- « Récits d'un meurtre politique dans Il conformista de Alberto Moravia et de Bernardo Bertolucci », in Novecento Cahiers du CERCIC n° 23, Grenoble, Ellug, 2000, pp. 97-108.
- « Historicité et médiance en complétude : Paisà et India matri bhumi  de Roberto Rossellini », in « Novecento »  Cahiers du CERCIC n° 24, Grenoble, Ellug, 2002, pp. 39-51.
- « Conflits armés et conflit intérieur dans Guerra di infanzia e di Spagna de Fabrizia Ramondino », in Guerre et violence dans la littérature contemporaine italienne, textes réunis par Alain Sarrabayrouse, Cahiers d'études italiennes « Novecento e dintorni » cahier n°3, Images littéraires de la société contemporaine, Grenoble, Ellug, 2005, pp. 155-165.
- « La séduction du mystère chez Moravia.  La donna leopardo : voyage en Afrique de la possession à la contemplation », in Évolution de l'image de la séduction dans la littérature contemporaine italienne, textes réunis par Alain Sarrabayrouse, Cahiers d'études italiennes « Novecento e dintorni » cahier n°5, Images littéraires de la société contemporaine, Grenoble, Ellug, 2006, pp. 279-290.
- « Un chien de Francisco Goya dans Tristano muore de Antonio Tabucchi », Arches de Noé (2), in Italies n°12, Revue d'études italiennes de l'Université de Provence, 2008, pp. 343-358.
- « Les petites filles de la bourgeoisie italienne des années 1930 et la religion chez Rosetta Loy et Fabrizia Ramondino », in La place de la religion et le sens du religieux dans la littérature italienne contemporaine, études réunies par Lisa El Ghaoui et Filippo Fonio, Cahiers d’études italiennes « Novecento e dintorni », Grenoble, Ellug, 2009, pp. 25-35.
- « De l’éducation d’une mère à celle d’une capitale cosmopolite : Leo Ferrero et Paris », in Cosmopolitisme et réaction : le triangle France-Allemagne-Italie dans l'entre-deux-guerres, sous la direction d'Ute Lemke, Massimo Lucarelli et Emmanuel Mattiato, Chambéry, Éditions de l’Université de Savoie, 2014, pp. 339-361.

  • Chapitres d’ouvrages

- « Alberto Moravia : récits ciociari », in Littérature et Cinéma Néoréalistes : réalisme, réel et représentation, sous la direction de Michel Cassac, Paris, l'Harmattan, 2004, pp. 83-102.
- « Moravia lecteur de Wittgenstein », in Perspectives franco-italiennes, Prospettive italo-francesi, Études réunies par Luca Badini Confalonieri, Roma, Aracne Editrice, 2005, pp. 139-153.
- « Les retrouvailles des époux dans Voyage en Italie de Roberto Rossellini ou le miracle de l’amour », in Les Retrouvailles des époux dans la littérature et les arts, Silvia D’Amico et Maryline Maigron dir., Écriture et représentation n°27, Laboratoire LLSETI, Université Savoie Mont Blanc, 2014,  pp. 244-258.
- « Tradurre in francese Mi chiamo Antonino Calderone di Dacia Maraini: un’esperienza della parola », in "Le tante traduzioni dell'opera di Dacia Maraini. Studi e riflessioni", Dagmar Reichardt / M. Belén Hernández González (eds.). Berlin: Peter Lang, 2018.

  • Actes publiés de conférences internationales, congrès et colloques…

- « La visione dell'America negli articoli e racconti di viaggio di Alberto Moravia », in Alberto Moravia e l'America, Roma, Conferenza Internazionale, 19-21 maggio 2011. A cura di Federica Capoferri e Portia Prebys. Presentazione di Dacia Maraini, Ferrara, Edizioni Edisai, 2012, pp. 14-25.
- « L'ossimorica visione della Sicilia negli scritti di critica d'arte di Gesualdo Bufalino: la luce e il lutto nei pastelli di Piero Guccione », in Insularità e cultura mediterranea nella lingua e nella letteratura italiana, a cura di Corinna Salvadori Lonergan, Civiltà Italiana Nuova serie, Firenze, Franco Cesati Editore, 2012, pp. 367-377.
  - « Senso di Camillo Boito illustrato da Piero Guccione: lo stile del d’après », in Faber in fabula, Casi di intertestualità artistica nella letteratura italiana, a cura di Ulla Musarra-Schrøder e Franco Musarra, Firenze, Franco Cesati Editore, 2014, pp. 203-213.
Cette étude, rédigée en italien et publiée en Italie dans un volume collectif, porte sur un livre d’artiste, paru en 1986, qui propose la nouvelle de Camillo Boito, « Senso », illustrée par le peintre italien Piero Guccione. L’étude vise à mettre en lumière la forme originale d’illustration au pastel trouvée par le peintre pour créer une forme inventive de passage du texte au dessin. Pour définir la complexe opération de correspondances entre les arts accomplie par le peintre, je propose d’utiliser la notion de d’après à mi-chemin entre l’usage italien qui définit ainsi un tableau s’inspirant d’une œuvre picturale et l’usage français qui parle d’un film inspiré d’une œuvre littéraire. Le d’après renvoie ici au cinéma, à travers la citation plastique d’une réécriture précédente de la nouvelle, celle du film de Luchino Visconti, Senso ; il renvoie aussi à la peinture ou à des figures et des lieux de la vie du peintre, plus difficiles à reconnaître, et pour lesquels ma connaissance personnelle du peintre Piero Guccione a été essentielle.

  • Conférences, congrès et colloques à communication (Conférences internationales à comité de lecture et actes publiées)

- « Les voyages d’Alberto Moravia en Afrique », Médiathèque Jean-Jacques Rousseau, Chambéry, 13 décembre 2008
-  « La visione dell'America negli articoli e racconti di viaggio di Alberto Moravia », Roma, John Cabot University, Conferenza Internazionale, Roma, 19-21 maggio 2011.

  • Communications lors de Journées d’étude

- « La médiation des écrivains (mémorialistes) dans la reconstruction historique au cinéma : Francesco Rosi lecteur d’Emilio Lussu : Un anno sull’altipiano et Uomini contro », Séminaire littérature et cinéma, organisé par Maryline Maigron, Centre d’Études franco-italiennes (Cefi), Université de Savoie et de Turin, 24 mai 2002
- « Buongiorno, notte de Marco Bellochio : un film documenté », Séminaire Littérature et Histoire, Centre d’Études et de Recherche sur la Culture italienne contemporaine (CERCIC), Université Stendhal Grenoble 3, 14 avril 2006
- « Alberto Moravia peint par Renato Guttuso », communication lors de la Journée d’études « Alberto Moravia et les artistes » organisée par Maryline Maigron, Université de Savoie, 28 novembre 2007
 - «  Colpa del sole de la nouvelle au court-métrage : Moravia cinéaste de lui-même » communication lors de la Journée d’études « Alberto Moravia et les artistes » organisée par Maryline Maigron, Université de Savoie, 28 novembre 2007
- « Deux exemples de la “nouvelle sensibilité” de la revue « Nuovi Argomenti » : La mascherata d’Alberto Moravia et « La vendetta » de Dacia Maraini » communication lors de la Journée d’études « A. Moravia et « Nuovi Argomenti » : une revue à la croisée des arts et des artistes » organisée par Maryline Maigron en collaboration avec Nour Melehi du Fondo Alberto Moravia de Rome, Université Savoie Mont Blanc, 3 décembre 2014
- « Une couverture emblématique de « Nuovi Argomenti » : l’hommage du peintre Piero Guccione à Alberto Moravia » communication lors de la Journée d’études « A. Moravia et « Nuovi Argomenti » : une revue à la croisée des arts et des artistes » organisée par Maryline Maigron en collaboration avec Nour Melehi du Fondo Alberto Moravia de Rome, Université Savoie Mont Blanc, 3 décembre 2014.