Bienvenue sur le site du laboratoire LLSETI

r1595_4_affiche_seminaire_montagne_defaite_050320-2.jpg

Conférence

Olivier de Sépibus : De "montagne défaite" au "collectif glacier" : refonder la perception des Alpes de haute montagne

Jeudi 5 mars 2020, 14h-17h

(Attention ! Changement de lieu)

Musée des Beaux-Arts de Chambéry, Salle Garriod (Place du Palais de Justice, Chambéry)

« Mon travail sur la montagne s’inscrit dans un contexte de fonte des glaciers alpins, de dégèle du permafrost, fragilisant les parois rocheuses, provocant éboulements et avalanches de pierres. Le paysage change rapidement en haute altitude suscitant des inquiétudes sur la stabilité du terrain et remettant en cause les pratiques sportives et contemplatives, aujourd’hui de masse.
Mon propos est de «dé-situer», «déterritorialiser» les montagnes, les sortir de rapports fétichistes, de conquêtes pour explorer d’autres voies non balisées, dans le chaos ambiant.
Mon travail sur la haute montagne alpine est protéiforme. D’abord photographique, avec
montagne défaite, une nouvelle direction a été prise avec les cartes dessinées de hyper-montagne. Photographies et dessins sont des façons d’explorer à nouveaux frais ce territoire de la haute montagne alpine.
J’ouvre maintenant de nouveaux champs de création expérimentant l’œuvre par le groupe, la performance et la collaboration avec des glaciologues. » O. de Sépibus

Entrée libre et ouverte à tous et toutes

Contact : dominique.pety@univ-smb.fr
 

En savoir plus 05/02/2020
r1854_4_a_la_recherche_du_corps_glorieux_500px.jpg

Séminaire axe 2// "Texte, images et arts numériques"

Vendredi 6 mars 2020
14h00 - 16h00
Campus de Jacob-Bellecombette, Amphi 11000
 

Organisé par Anaïs Guilet équipe 3 « Corps en questions » et Ghislaine Chabert, axe 2 « Texte-image » du laboratoire LLSETI, USMB.

Invitée : Sara Touiza-Ambroggiani, docteure en philosophie, affiliée au LLCP (Laboratoire d’études et de recherches sur les logiques contemporaines de la philosophie).

À la recherche du corps glorieux : mondes transhumanistes et enjeux posthumanistes dans Black Mirror

Black Mirror, la série d’anthologie imaginée par Charlie Brooker, explore, au gré des épisodes, l’ambiguïté qui caractérise nos rapports aux fulgurantes avancées technologiques contemporaines. À la fois fasciné et effrayé par les artéfacts dont il se sert chaque jour, le spectateur de Black Mirror se retrouve devant ses propres contradictions. La première étant d’assister, devant un écran, à la mise en scène de son addiction aux écrans. Beaucoup de scènes dans les différents épisodes jouent de cette mise en abyme. Le dernier opus, Bandersnatch, poussant à son paroxysme l’effet miroir en faisant de la plateforme de streaming Netflix un des personnages du film interactif.
Les mondes dépeints dans les différents épisodes donnent le sentiment d’une inquiétante familiarité et les boucles réflexives qui s’y déroulent laissent entrevoir l’inéluctabilité de l’hybridation technologique de l’être humain en même temps que sa déchéance morale. La place du corps est centrale dans cette chute. Le corps est à la fois « le tombeau de l’âme » au sens platonicien et le vecteur d’une rédemption espérée. Les corps connectés que nous pouvons croiser dans l’univers Black Mirror cherchent tous l’augmentation des capacités humaines (augmentation des perceptions, de la mémoire, des sentiments) via les artéfacts technologiques. Il y a là la mise en scène, sans détour, de l’idéal transhumaniste. Cependant, et c’est là l’intérêt philosophique de cette série, l’augmentation bute en permanence sur des problématiques liées à l’identité personnelle, au sentiment d’être soi. Comme si ce sentiment ne pouvait se contenter d’une conscience étendue et puisait sa sève dans les entrailles d’un corps humain, simplement corruptible.
Les mondes exposés par la série sont clairement transhumanistes mais les enjeux problématiques révélés sont bien posthumanistes en ce sens que les personnages expérimentent – dans leur chair – la possibilité même d’une pensée renouvelée de la subjectivité, non plus considérée comme « intériorité », mais comme espace de négociation permanente entre différents êtres, espace distribué sur plusieurs pôles (naturel/artificiel, organique/mécanique).
Même quand les consciences parviennent à se libérer des corps, comme dans San Junipero ou White Christmas, celui-ci n’est pas « effacé », il est toujours remplacé par un corps numérique, un corps fantasmé, un corps glorieux au sens de la mystique chrétienne. Les caractéristiques du corps glorieux sont celles de ces projections de corps : l’impassibilité, la clarté, l’agilité et la subtilité. Mais le corps de chair résiste toujours à son remplacement, il persiste malgré l’acharnement à le dépasser. Une seconde piste de travail s’ouvre alors : le corps est à la fois ce que l'on cherche à dépasser, à transcender, à effacer mais il est également ce qui résiste à l'hybris technologique, ce qui déraille dans la tentative de maîtrise totale des destinées humaines. Les corps de chair s’apparentent à des glitchs dans l’univers fluide des consciences numériques éthérées, ils font constamment échouer le fantasme de leur total dépassement.
En nous appuyant sur l’analyse de quelques épisodes choisis, nous proposons d’explorer le devenir des corps de chair face aux corps numériques dans la série Black Mirror.
 
 

Contact : Anais Guilet

En savoir plus 21/02/2020

Appel à communication

Colloque international
« Le polar dans la cité : littérature et cinéma »

1er et 2 octobre 2020
Université de Pau et des Pays de l’Adour

Le colloque « Le polar dans la cité : littérature et cinéma », qui se tiendra à l’Université de Pau les 1er et 2 octobre 2020, a pour objectif d’explorer les différents liens entre le polar contemporain – sous ses formes narrative et cinématographique – et l’espace de la cité, au sens géographique mais aussi institutionnel et politique de ce terme. Car si le mot « cité » est parfois employé dans la langue française comme simple synonyme de grande ville, ce terme désigne en réalité la ville en tant que corps politique et/ou administratif, communauté politique, administrative que constituent les habitants, les citoyens d’une ville.

Télécharger l'appel à communication complet Fichier pdf Appel à communication Colloque "Le polar dans la cité : littérature et cinéma"

13/01/2020
r1597_4_affiche_seminaire_etudes_italiennes_2020_500px.jpg

Séminaire d'études italiennes et transfrontalières (2e semestre 2019-2020)

Affiche à télécharger Fichier pdf ici

Contacts : Silvia D'Amico, Massimo Lucarelli, Cristina Vignali

11/02/2020

Les séminaires

FMSH-Diffusion: le diffuseur-distributeur des ouvrages du laboratoire LLSETI